Le message de BDS

Le message de BDS

Quel est le message que BDS entend envoyer à la communauté internationale? Un examen comparatif des différentes campagnes de boycott orchestrées ses dernières années par le collectif palestinien BDS nous permet de dégager ses deux thématiques centrales et, partant, de décrypter son message.

Le thème de la colonisation judéo-israélienne

BDS décrit dans toute sa communication Israël comme un Etat colonial c’est-à-dire comme une création fictive des puissances occidentales qui auraient importés « leurs » juifs (principalement européens et américains) dans la région pour y maintenir leur domination économique, culturelle et politique. BDS ne considère donc pas le sionisme comme un mouvement de libération nationale du peuple juif mais le décrit comme une entreprise coloniale criminelle. En résumé, pour BDS la présence juive sur une partie du territoire de la Palestine historique n’est pas légitime. (1)

Le thème du racisme

BDS décrit également dans toute sa communication Israël comme un Etat d’apartheid. Sa reconnaissance par la communauté internationale « en tant qu’Etat juif » est une erreur historique car « elle contient inévitablement la légitimation d’un régime dans lequel l’appartenance ethnico-religieuse ou raciale de quelqu’un constitue le critère de base pour un système institutionnel universel de ségrégation tenant à privilégier les uns et à discriminer les autres » (2). Pour BDS, le crime d’apartheid, le caractère juif de l’Etat d’Israël, se situe donc dans la conception même de l’Etat. (3)

Le vocabulaire lié aux deux thèmes

Les deux thèmes qui tournent en boucle dans toutes les campagnes de boycott peuvent être illustrés par le vocabulaire particulièrement belliqueux utilisé par le collectif palestinien à l’encontre de son adversaire. Israël y est décrié ad nauseam comme un Etat « raciste », « d’apartheid », « voyou », « criminel » mais aussi« assassin et tueur d’enfants » (4). Les expressions comme « régime d’oppression coloniale », « domination », « exploitation », « épuration ethnique » voir même « génocide » sont fréquemment utilisées pour décrire le régime sioniste (5).

Le message de BDS à la communauté internationale

Il devient ainsi possible de décrypter le message que le collectif palestinien entend faire passer à la communauté internationale : Israël, en tant qu’Etat juif, est illégitime puisqu’il s’agit d’une entreprise coloniale criminelle qui se rend coupable du crime d’apartheid.

Stratégie et message

La campagne BDS ne vise pas seulement l'économie israélienne, mais remet en cause la légitimité d'Israël, en tant qu'État colonial et d'apartheid, en tant que membre de la communauté internationale. Par conséquent, des efforts sont nécessaires non seulement pour promouvoir un vaste boycott des consommateurs, mais également dans les domaines universitaire, culturel et sportif.

Source: First Palestinian Conference for the Boycott of Israel, summary report, novembre 2007

C’est donc le projet sioniste qui est clairement dans la ligne de mire de B.D.S. L’idée d’un Etat-Nation où les Juifs du monde entier disposeraient d’un droit au retour et où le régime politique assurerait à la population juive d’être majoritaire, doit être abandonné par les Israéliens car il induit de facto la négation des droits humains des Palestiniens et empêche leur autodétermination. La mise au ban d’Israël par l’ensemble de la communauté des Nations a pour objectif de contraindre les Israéliens à renoncer au caractère juif de leur Etat, seule condition pour que les droits humains des Palestiniens soient enfin respectés.


(1) CERSP: "Que veut-dire "colonisation" pour BDS?"

(2) Voir notamment à ce sujet la Charte de l’association américaine US Campaign for Palestinian Rights (USCPR), un des partenaires américaines de B.D.S., qui stipule ce qui suit : « We stand against Zionism as a political system that privileges the rights of Jews over the rights of others ».

(3) CERSP : "Que veut-dire "apartheid" pour BDS?"

(4) Pour le B.A.C.B.I. par exemple, les enfants palestiniens sont tout particulièrement visés par l’oppression israélienne. Voir notamment à ce sujet : Herman De Ley : « Le boycott d’Israël (BDS), un devoir moral », BACBI-Dossier N° 3, p.7

(5) "Cartographie des actions militantes en France", Les Cahiers du CERSP, 4/2019

Comments are closed