Category Archive Edito israel

La prochaine Gay-Pride à Gaza

La lutte pour les droits des LGBT+ est un combat politique. Que Tel-Aviv soit aujourd’hui la première, et la seule, ville gay-friendly du Moyen-Orient a quelque chose de très rafraîchissant car le combat est long et difficile. Pouvoir porter haut le drapeau arc-en-ciel du mouvement dans les rues de Jérusalem est également un acte d’une portée symbolique sans aucun autre précédent dans la région. Une jeune fille sauvagement assassinée par un juif religieux lors de la Gay Pride en 2015 en a d’ailleurs payé le prix fort. Quand on connait le côté obscurantiste de la ville Sainte et la sociologie toute particulière de sa population, avoir l’opportunité d’y revendiquer les droits LGBT+ relève bel et bien du miracle. 

La boycott d’Israël : gay-friendly?

Une part de la communauté LGBT+ occidentale a pourtant décidé de répondre à l’appel de BDS au boycott de toutes les manifestations LGBT+ (festivals, Gay Pride, etc.) qui se déroulent en Israël. La  dernière campagne en la matière s’intitule « Non au Pinkwashing de l’Eurovision ! Près de 90 groupes LGBT+ appellent au boycott du concours de chant en Israël ». Pour le collectif palestinien, la culture gay qui s’est développée notamment à Tel-Aviv[1] ferait en réalité partie d’un vaste plan de communication  (« hasbara ») élaboré par l’Etat hébreu pour se construire une bonne image auprès de la communauté internationale. L’opération de séduction (« pinkwashing ») des LGBT occidentaux est, selon le communiqué du PACBI à l’initiative de la dernière campagne, une « utilisation cynique des droits des homosexuels afin de détourner et de normaliser l’occupation, la colonisation et l’apartheid israélien »[2]

Campagne de boycott LGBT contre un festival de films à Tel-Aviv

Hégémonie culturelle

La raison d’une telle position doit être recherchée du côté de l’idéologie dominante qui traverse la couche intermédiaire du mouvement BDS. Les organisations altermondialistes (partis politiques, syndicats, ONG, etc.) qui ont pour mission de faire la jonction entre le collectif palestinien situé au sommet de la pyramide et les supporters occidentaux situés à sa base sont dans un combat idéologique. Elles considèrent que les démocraties capitalistes libérales ne servent que les intérêts de la classe dominante au détriment des peuples. Si on devait résumer leur pensée en utilisant la vulgate marxiste, on dirait que le rôle de la superstructure étatique, reflet des rapports de production, n’est rien d’autre que l’instrument par l’intermédiaire duquel la classe dominante exerce le pouvoir.

Dans ce mouvement de pensée, tous les « appareils idéologiques » de cet Etat libéral doivent être combattus car ils ne sont mis en place qu’au profit et dans l’intérêt des seuls dominants.  La bourgeoisie occidentale arrive par ex. à se maintenir au pouvoir parce qu’elle a établi son hégémonie culturelle sur la société par l’intermédiaire des intellectuels[4]. La culture occidentale, d’essence bourgeoise, est donc celle du groupe dominant et non du peuple. Il en va également de même du multipartisme, de la liberté d’expression, etc. On pourrait même y ajouter la laïcité dans le cas très particulier de la France.

Antisionisme de type idéologique

La gauche altermondialiste a inscrit la lutte contre le sionisme au programme de son combat idéologique. Le sionisme, rattaché au système mondial de l’impérialisme, est ainsi amalgamé à des thématiques comme l’avenir de la mondialisation, les dangers écologiques, la pauvreté croissante du Tiers-Monde. Dans cette représentation du monde, Israël, assimilé aux Etats-Unis et à la mondialisation libérale, est présenté comme un Etat colonial et raciste qui opprime sans fondement un peuple innocent du Tiers-Monde. Cet Etat est donc illégitime et, conformément à sa doxa, tous ses « appareils idéologiques » doivent être combattus car ils ne sont là que pour maintenir la domination de la minorité juive sur le peuple palestinien.

On comprend maintenant mieux la raison pour laquelle la gauche altermondialiste soutient tous les appels de BDS au boycott d’Israël y compris les milieux académiques et culturels. Les élites culturelles et universitaires sont « naturellement » les fers de lance de la « hasbara » version marketing. Israël leur assigne en permanence la mission de contribuer à la lutte contre la délégitimation en apparaissant à l’étranger comme les représentants d’une culture pluraliste, créative et dynamique[5].La culture n’est donc jamais vue comme un moyen pacifiste servant à rapprocher les deux peuples mais exclusivement comme un instrument de propagande utilisé de manière machiavélique par Israël pour se donner une image positive à l’étranger. Il en va de même pour la culture gay qui s’est développée en Israël. La lutte LGBT+ est instrumentalisée par Israël pour se donner l’image d’un pays ouvert. Elle ne viserait qu’à « camoufler la guerre, l’occupation, le conservatisme religieux et l’homophobie derrière le paravent sea, sex and sun de la plaisante cité balnéaire »[3].

Campagne de boycott LGBT contre la Gay-Pride à Tel-Aviv

La prochaine Gay-Pride à Gaza ?  

Le combat en faveur des droits des LGBT+ est légitimement porté par la gauche altermondialiste… sauf lorsqu’il se manifeste en Israël. Dans ce cas, cette lutte devient automatiquement suspecte. Tout ce qui pourrait paraître positif dans la société israélienne n’est pour elle que leurre, propagande et duperie.

Plutôt que de boycotter les festivals gays israéliens, les groupes LGBT+ feraient bien de s’intéresser d’un peu plus près aux 172 organisations palestiniennes qui composent le collectif palestinien lui-même. Ils découvriraient alors l’ouverture toute relative de ces organisations aux respects des droits des homosexuels. Dans la région, la seule alternative qui se présente à un individu LGBT+ (de la Syrie en Irak en passant par les pays du Maghreb ou les territoires palestiniens) est au mieux la prison, au pire la mort. Sauf en Israël.

Ces groupes LGBT+ devraient proposer au collectif palestinien BDS de leur organiser une gigantesque Gay Pride dans les territoires palestiniens. Juste pour voir si Gaza se révèle aussi gay-friendly que Tel-Aviv.


[1] « Tel-Aviv, la capitale homosexuelle du Moyen-Orient », Le Monde, 08.06.2012.

[2] Boycott Eurovision in Israël and Tel-Aviv Pride

[3] Jean Stern : « Mirage gay à Tel-Aviv », Libertalia, Paris, 2017.

[4] Voir par ex. les travaux d’Antonio Gramsci et de Louis Althusser. Voir également « Rémi Noyon : « Mélenchon s’en prend au « parti médiatique ». Mais d’où sort cette expression ? », L’Obs, mars 2018.

[5] Françoise Feugas, « Derrière la vitrine culturelle, une intolérable occupation », mai 2017



Edito : Pour BDS, N.Mandela est plus chic que Y. Arafat

La révélation d’une filiation cachée n’est jamais un moment agréable pour un personnage public. On a encore en mémoire la découverte de Mazarine, la fille cachée de François Mitterrand et du scandale d’Etat qui s’ensuivit ou encore de l’exhumation de l’acteur Yves Montand pour un test ADN qui se révéla négatif. Plus près de nous, l’ex-roi des belges Albert II tremble à l’idée même de devoir subir un test de paternité. La divulgation d’un adultère peut définitivement ternir l’image que l’on a construite pendant de longues années auprès de ses admirateurs.

Une image positive par la grâce de N. Mandela

Il en va de même pour le mouvement BDS. Le collectif palestinien martèle à longueur de tweets et de messages qu’il existe un lien historique entre son combat et le mouvement de lutte contre la ségrégation raciale d’Afrique du Sud. En plaçant ses actions militantes dans le sillon de celles réalisées par l’ANC de Nelson Mandela qui bénéficie d’une aura mondiale, le collectif palestinien cultive une image de mouvement pacifiste et non-violent auprès de l’opinion publique occidentale qu’il entend rallier à sa cause. Non sans un certain succès.

Une filiation non avouée

Il existe pourtant une autre filiation que le collectif palestinien passe curieusement sous silence. La fin de l’occupation et de la colonisation de tous les territoires arabes actuellement occupés, y compris donc Tel-Aviv et Haïfa couplée au retour sans conditions de tous les réfugiés palestiniens réclamées par BDS sont en tout point identiques aux revendications de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) avant que son leader emblématique Yasser Arafat ne décide de rendre la Charte de la branche principale du mouvement national palestinien historique caduque en 1988. Rappelons que c’est ce premier geste d’ouverture du côté palestinien, couplé à une forte pression américaine, qui a finalement décidé les Israéliens à s’asseoir à la table des négociations. Depuis, l’OLP a été intégrée au sein de l’Autorité Palestinienne et adhère, au moins officiellement, à la résolution du conflit par la création de deux Etats.

Yasser Arafat à la Une du Time

Pour BDS en revanche, le partage de la Palestine de 1947 et la création de l’Etat d’Israël sont nuls et non avenus quel que soit le temps écoulé depuis cette date, étant donné qu’ils ont été opérés contre la volonté du peuple palestinien. Ce positionnement est donc clairement un retour en arrière. La Charte de BDS n’est qu’une resucée 2.0. de la Charte de l’OLP et ce, tant au niveau de son idéologie dominante (lutte anticoloniale) que de son analyse du conflit (une seule partie est légitime, l’autre ne l’est pas et doit disparaître) et, partant, de la solution pour y mettre un terme à savoir la disparition de l’Etat d’Israël et son remplacement par un Etat Palestinien sur l’ensemble du territoire avec une majorité arabo-palestinienne et, le cas échéant, une minorité judéo-palestinienne.

Une légère différence quand même

Une légère différence programmatique existe cependant entre les deux chartes et elle concerne le sort réservé à la minorité de confession juive (aujourd’hui environ 7,000,000 de personnes) dans le nouvel Etat de Palestine majoritairement musulman. L’OLP annonçait clairement la couleur en prévoyant l’expulsion par la force de tous les Juifs à l’exception de ceux qui étaient présents avant la déclaration Balfour (1917). BDS n’a, lui, pas encore tranché. Comme le dit son leader Omar Bargouthi, la forme étatique que les peuples de la région établiront dépendra de leur volonté et de l’évolution de leurs relations. Il y a donc progrès !

N. Mandela assurément plus chic que Y. Arafat

BDS n’annonce jamais à ses sympathisants occidentaux qu’il s’inscrit dans la filiation historique de l’OLP dans sa ligne la plus dure. Il préfère associer son image à celle positive de Nelson Mandela et l’A.N.C. qui préconisaient une révolution non violente et une coexistence pacifique entre Blancs et Noirs plutôt qu’à Yasser Arafat et l’OLP qui prônaient la lutte armée, la disparition de l’Etat d’Israël et l’expulsion de tous les Juifs par la violence comme solution au conflit. Mais peut-on leur donner tort ? Nelson Mandela, c’est quand même plus chic que Yasser Arafat.

Une image écornée?

En affirmant sa filiation sud-africaine plutôt que sa filiation avec l’OLP, le collectif palestinien entend brouiller le message qu’il adresse à l’opinion publique occidentale sur ses objectifs politiques réels (la fin du projet sioniste et la disparition de facto de l’Etat d’Israël). Il existe en effet une différence majeure, totalement passée sous silence dans tous les messages et tweets de BDS, entre la lutte menée en Afrique du Sud contre le régime politique d’apartheid et la lutte menée contre les sionistes. L’Etat sud-africain n’a pas disparu avec la capitulation des Afrikaners (pas plus que l’Etat espagnol n’a disparu avec la fin du régime franquiste ou l’Etat français après la disparition du régime vichyste). Dans le cas du combat contre le régime sioniste, la victoire passe également par la disparition de l’Etat d’Israël.

De nombreux sympathisants occidentaux soutiennent aujourd’hui le mouvement BDS en pensant à Mandela. Mais sont-ils au courant des véritables intentions du collectif palestinien et de sa filiation cachée ? Est-ce réellement un mouvement pacifiste et non-violent comme ils le pensent ?

S’ils pouvaient se poser la question ce serait déjà un bon début.

Edito : Le boycott d’Israël est-il écologique?

Le parti Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) est un des nombreux signataires de la campagne internationale de boycott de l’Eurovision de la chanson qui se déroulera en 2019 en Israël. Cette grande messe télévisuelle a quelque chose de très surprenant. Elle ne ressemble strictement à rien pour qui apprécie un tant soi peu la musique mais arrive tout de même chaque année de manière assez hallucinante à attirer et maintenir en haleine des dizaines de millions de téléspectateurs surtout au moment du décompte des voix. « Malaise dans l’inculture » dirait sans doute Philippe Val.

L’appel au boycott de ce show totalement baroque semble donc a priori une excellente nouvelle. Sauf lorsque ce n’est pas l’émission en tant que telle que l’on veut supprimer mais le pays qui l’organise. A ce moment, on entre dans une toute autre dimension qu’il convient d’expliquer.

Il existe de nombreux cas dans l’histoire où le boycott a été utilisé pour tenter de faire plier un régime, un gouvernement ou une entreprise. On peut penser aux embargos internationaux à l’encontre du régime iranien ou nord-coréen, le boycott des oranges sud-africaines, etc. N’en déplaise aux Israéliens, le boycott comme arme politique n’est pas une mauvaise idée en soi.

Les campagnes de boycott lancées par le mouvement palestinien B.D.S. depuis 2005 sont d’une autre nature. Le collectif palestinien appelle la communauté internationale à faire pression sur l’Etat d’Israël afin dit-il de le contraindre à respecter le droit international et les droits humains des Palestiniens. Présentée de la sorte, l’idée du boycott paraît assez séduisante pour les nombreux partisans de la Paix puisqu’elle introduit un rééquilibrage indispensable dans le rapport de force entre les deux belligérants : la communauté internationale, jouant enfin son rôle d’arbitre, oblige la partie la plus forte (Israël) à prendre en considération les intérêts de la partie la plus faible (Palestine) dans le cadre d’un accord global négocié devant mettre un terme définitif au conflit israélo-palestinien.

Pour B.D.S., le processus de paix d’Oslo est une imposture

Il existe cependant un problème de taille dans le raisonnement : le mouvement B.D.S. n’est pas partisan d’une résolution pacifique du conflit par la création de deux Etats indépendants vivant côte-à-côte dans des frontières sûres et reconnues. Le collectif palestinien considère que le processus de paix d’Oslo a été le coup le plus dévastateur pour la lutte palestinienne d’autodétermination, parce qu’il a conduit à un glissement de paradigme : d’une lutte d’un peuple opprimé contre ses occupants et colonisateurs, à une dispute entre groupes nationaux avec des droits et des revendications moraux conflictuels mais symétriques. Il ressort de cette grille de lecture une idée simple selon laquelle une seule partie au conflit est légitime, l’autre ne l’est pas et doit disparaître. La création de deux Etats n’est pas envisageable car elle suppose un changement de paradigme. Seule la victoire de l’opprimé sur l’oppresseur est acceptable. La seule solution au conflit passe donc par la création d’un seul et unique Etat où les Palestiniens de confession musulmane deviendraient majoritaires. Quant au sort de la minorité de confession juive dans ce nouvel Etat, il n’est pas encore tranché. Comme le dit le leader du mouvement Omar Barghouti, la forme étatique que les peuples de la région établiront dépendra de leur volonté et de l’évolution de leurs relations. Vaste programme.

Israël, Etat colonial et raciste

Le boycott peut être vecteur des meilleures comme des pires intentions, tout dépend des objectifs politiques. Dans le cas du collectif palestinien, l’arme du boycott n’est pas utilisée pour trouver un compromis mais pour éliminer l’adversaire. Les messages qui tournent en boucle dans toutes les campagnes de boycott, y compris celle concernant l’Eurovision de la chanson, ne laissent planer aucun doute sur les objectifs du collectif palestinien. Israël y est décrit ad nauseam comme un Etat « raciste », « d’apartheid », « voyou », « criminel » « assassin et tueur d’enfants », etc. Raison pour laquelle la communauté internationale doit absolument contraindre l’État d’Israël à se « désioniser », c’est-à-dire à abandonner, de gré ou de force, son caractère juif, car il induit un régime d’exception de facto raciste. Si on devait reformuler la « doctrine politique » de B.D.S. autrement, on pourrait dire que le droit à l’autodétermination du peuple palestinien passe par la négation de l’autodétermination du peuple juif.

Le rôle ambigu de certains partis politiques français

Le soutien de La France Insoumise…

De nombreux groupes intermédiaires occidentaux (partis politiques, syndicats, ONG, associations caritatives, etc.), mais également des intellectuels et des artistes, soutiennent aujourd’hui le collectif palestinien B.D.S. Ce soutien est hétéroclite (qu’y-a-t-il de commun entre une association anticapitaliste, une association islamiste et une association de la droite radicale ?), mais se retrouve sur un combat commun. Ce qui tend à démontrer que certains ont un agenda caché derrière leur soutien indéfectible à la cause palestinienne. Ainsi, par exemple, la gauche radicale se revendique par principe solidaire de tous les opprimés de la terre. Dans les faits, pourtant, son combat ne porte que sur Israël. Aussi, son soutien indéfectible et inconditionnel à la cause palestinienne au détriment de toutes les autres causes, au point d’en excuser tous les crimes commis en son nom, même les plus crapuleux, démontre bien qu’au fond des choses elle se place du côté des Palestiniens non pas parce que leur combat est légitime, mais parce que l’adversaire (Israël, suppôt du capitalisme et de l’impérialisme occidental) est clairement désigné. Elle est plus antisioniste que palestinophile. Il n’est donc pas étonnant de voir des partis politiques comme La France Insoumise (LFI) ou des syndicats comme l’UNEF adouber la lutte de B.D.S. visant à interdire aux Juifs d’avoir une partie du territoire où ils seraient majoritaires et où ils auraient un droit au retour. Ce qui compte pour ces organisations antisystèmes c’est la mise sous cloche de la minorité dominante par la majorité opprimée. Et dans cette lutte, toutes les compromissions sont possibles. Ce qu’il adviendra des deux peuples par la suite importe finalement assez peu en vertu du sacro-saint principe de non-ingérence cher à tous les altermondialistes. Jean-Luc Mélenchon et Clémentine Autin sont bien sur la même fréquence qu’Omar Bargouthi.

LFI

…Mais aussi des Ecolos

Plus curieux est le soutien apporté par le parti Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) à la campagne de boycott contre l’Eurovision en Israël. L’électeur écologiste est en droit de s’interroger sur les raisons d’un tel soutien. Que viennent faire les Verts dans ce jeu de quilles ? Le boycott d’Israël serait-il devenu écologique ?

Il ne s’agit a priori pas d’éliminer une émission musicale en ce qu’elle se révèle être une nuisance sonore et donc mauvaise pour la santé des citoyens européens au même titre que le glyphosate. Il faut donc que les Verts clarifient leur position. Soit ils considèrent que la seule solution au conflit israélo-palestinien passe par la création de deux Etats et dans ce cas, leur soutien à B.D.S. relève au mieux de l’ignorance au pire d’un calcul électoral pour éviter de se faire dépasser par leur gauche. Si c’est par bêtise ou ignorance, ils se doivent de retirer immédiatement leur signature de l’appel au boycott de l’Eurovision et dénoncer le projet politique du mouvement B.D.S., tout en réaffirmant leur soutien à la solution de deux Etats. Soit les Verts considèrent, à l’instar des autres partis antisystèmes comme La France Insoumise (LFI) ou le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), que la seule solution au conflit qui ronge le Moyen-Orient depuis un siècle passe par la négation du droit à l’autodétermination du peuple juif sur une partie du territoire de la Palestine. Dans ce cas, il est indispensable que les Verts confirment cette position et cessent d’être ambigus sur la question. EELV devra alors clairement indiquer qu’un Etat où les Juifs sont majoritaires et où ils ont un droit au retour équivaut, comme le martèle B.D.S. dans toutes ses campagnes de boycott, à un crime contre l’Humanité.

Le boycott d’Israël est un positionnement idéologique qui sent mauvais. Plutôt que de vouloir manger à tous les râteliers en mélangeant les genres, EELV ferait mieux de bousculer violemment cette gauche aujourd’hui à la dérive et qui a fait de l’antisionisme primaire le point cardinal de son action. Cela donnerait une bonne raison de voter écolo aux prochaines élections européennes.

Retour au sommaire

, ,