Les sympathisants de BDS

Les sympathisants de BDS

La branche internationale de BDS se compose de deux catégories d'acteurs: les principaux partenaires étrangers du BNC d'une part et les aficionados du collectif palestinien qui occupent le terrain de l'autre. Si les premiers nommés sont majoritairement des mouvements progressistes et altermondialistes classés traditionnellement à gauche de l’échiquier politique, il n’en va pas de même des sympathisants de BDS qui se situent d’un bout à l’autre du spectre politique.

Le point commun entre les sympathisants

Qu'est-ce qui est susceptible de réunir une organisation syndicale altermondialiste, une association caritative musulmane et un évangéliste chrétien?

Le point commun est leur anti-impérialisme, c'est-à-dire leur contestation du régime politique de la démocratie libérale.

La lutte contre l’impérialisme (que certains appellent la lutte contre le mondialisme) est une notion suffisamment vague pour rassembler des organisations et des individus que parfois tout oppose idéologiquement[1]. Dans les pays du tiers-monde, notamment les anciens pays colonisés et les pays arabo-musulmans, elle correspond traditionnellement au combat des peuples autochtones pour leur indépendance (la lutte anticoloniale) et vise à combattre l’Occident et ses valeurs. Dans les pays occidentaux, elle s’oppose principalement à la mondialisation sauvage mise en place par une oligarchie internationale qui veut maintenir sa domination économique, culturelle et politique sur les peuples[2].

La « doctrine » anti-impérialiste est le résultat d’un savant mélange entre la lutte des classes chère à Karl Marx et ce que certains penseurs[3] appellent le sociologisme, autrement dit la dérive de la sociologie moderne qui entend proposer une analyse globale de la société au départ d’un prisme qui opposerait systématiquement les dominants (« in-group ») aux dominés (« out-group »). Cette critique des démocraties libérales n’est pas uniquement l’apanage des mouvements altermondialistes mais trouve un écho favorable auprès d’organisations et d’individus qui se situent à l’autre extrémité de l’échiquier politique qui sont ouvertement anti-impérialistes (par ex. les adeptes chrétiens de la théologie de la libération).

Si on devait résumer leurs propos, on pourrait dire que ceux qui se retrouvent aujourd’hui dans le courant de pensée anti-impérialiste sont tous contre la démocratie représentative, les États-Unis, l’Europe libérale et Israël.

Ce qui a pour effet quasi mécanique de placer la majorité des sympathisants de BDS à l’extrémité d’au moins un des trois clivages suivants :


[1] Ainsi par exemple sur l’échiquier politique français, les partis politiques de la gauche radicale (F.I., P.C., NPA, etc.), Ecolo, l’aile gauche du PS, la droite souverainiste (du style Dupont-Aignan) et l’extrême-droite (R.N.) se proclament aujourd’hui tous ouvertement anti-impérialistes.

[2] Pour illustrer cette lutte contre
le mondialisme, voir par exemple sur la toile la déclaration finale du
forum mondial organisé à Durban en 2001 signée par 1.500 ONG.

[3] Voir notamment P. Val, Malaise
dans l’inculture
, Grasset, Paris, 2015 ; R. Boudon, La logique du
social
, Pluriel, 1983 ; R. Aron utilise également ce terme.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *